Entre Réalmont et Castres, André Raymond treiziste de 15 à 97 ans

 

André Raymond est né en 1920, c’est à dire près d’un an après la création d’un club de Rugby à XV à Réalmont et presque quinze avant l’arrivée du XIII dans la cité tarnaise.

Inscrit au Journal Officiel le 16 janvier 1936, le club de Réalmont XIII verra le jour suite à l’inspiration d’une quinzaine de pionniers présidés par un certain Monsieur Raymond, père d’André. Ce dernier, un jeune garçon à peine âgé de 15 ans maigrichon mais rapide, se verra recruté sous la fière bannière réalmontaise au poste de demi de mêlée. André Raymond sera de l’équipe qui ramena le premier titre de Réalmont, en 1938 : Champion des Pyrénées (sur le score de 3 à 0 en finale contre Villefranche de Lauragais).

Mais cette année-là un nouveau club sera créé dans le Tarn : Castres XIII, qui s’empressera de recruter André et d’en faire son Capitaine. À la fin de la saison 1938/39, le club nouveau-né se hissera jusqu’au titre de Champion de France amateur au terme de phases finales très disputées.

Le valeureux Capitaine de cette équipe de rêve se verra alors convoité par Albi XIII, une proposition que le jeune demi refusera pour rester fidèle à son club. Malheureusement, le gouvernement de Vichy interdira tôt la pratique treiziste et laissera notre légende sur sa faim.

Castres sera libérée en Août 44, la garnison allemande ayant capitulé.

Parmi les représentants du Corps Franc du Sidobre qui défilent ce jour-là à Castres, iront quatre jeunes Réalmontais déposer une gerbe au Monument aux Morts : André Raymond, Henry Ny, Robert Batigne, Louis Bayourte.

Cette journée marquera certainement la renaissance de Réalmont XIII, nos résistants retrouvant alors tous moyens de manœuvre et s’opposant aux Juniors du Racing Club d’Albi dès la fin de l’année 44.

La saison suivante verra Réalmont échouer en quarts sans André, blessé de longue durée. Mais ce retour fulgurant des réalmontais ne sera que de courte durée car l’équipe n’affichera pas de très bons résultats jusqu’à ce qu’il soit décidé de la mettre en sommeil dès 1954.

La passion treiziste ne quittera pas André Raymond pour autant et fera de lui un ardent supporter d’Albi XIII et du XIII de France durant près d’une décennie.

1964 sera l’année du retour aux affaires auprès des phénix Réalmont XIII et Castres XIII dont il en sera l’un des dirigeants. Il refusera plusieurs fois la présidence de Castres Athlétic XIII mais fera preuve de polyvalence durant de longues années à la vice-présidence : entraîner au pied levé, procéder au recrutement, lever des fonds, organiser les soirées, tracer le terrain…

Une implication tenace qui le conduira à accepter la présidence du Comité du Tarn sept ans durant, à la demande de René Mauries alors Président de la FFR XIII

Le cœur de treiziste d’André connaîtra ses plus beaux émois lorsque, pour la saison 1978/79, ses athlètes emmenés par Jean-Claude Marty resteront invaincus sur 23 matchs officiels, deviendront Champions de France au nez et à la barbe de Cheval Blanc en demi-finale et St Laurent de la Salanque en finale le 24 mai 1979.

Le soir même, André présentera lui-même sa fière escouade au Maire de Castres.

Castres XIII sera mis en sommeil en 1990 au grand désarroi d’André Raymond qui finira par retrouver Réalmont dont il est depuis redevenu le supporter numéro un.

Président d’Honneur de Réalmont XIII et de l’Amicale des Anciens de Réalmont XIII, André Raymond est désormais membre à vie de la FFR XIII.

 

 

 

Tags: